Interviews

Qui est derrière La Tanière de Kyban ?

01 апр. 2024

Si vous êtes professeurs des écoles, il y a de fortes chances que vous connaissiez La Tanière de Kyban. Suivie par plus de 25000 personnes sur Instagram, c'est Charlène enseignante en CM2 qui alimente ce blog depuis plusieurs années. Elle est aussi l'auteure de plusieurs ouvrages pédagogiques ("Réussir en Conjugaison", "Un cadre serein dans sa classe ça se construit" et "l'Odyssée d'Izia"). Vous l’avez compris, Charlène a de nombreuses réalisations à son actif. On la rencontre aujourd’hui pour la connaître un peu mieux et découvrir son parcours, sa vision du métier et plus encore…

Bonjour Charlène, est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Charlène, j’enseigne depuis une dizaine d’années essentiellement en REP et en zone violence. J’ai commencé ma carrière en galérant beaucoup. Notamment sur les questions de gestion de classe. Tu peux faire de très belles fiches de préparation, en général ça ne se passe jamais comme prévu quand tu enseignes. Et en zone violence encore plus qu’ailleurs. Ça m’a poussée à beaucoup réfléchir et à essayer de trouver des solutions. C’est un peu mon identité de prof d’ailleurs, je réfléchis beaucoup, tout le temps, je me questionne sur ma pratique. Et pour le blog, depuis petite fille, j’ai toujours eu des blogs. J’avais un skyblog déjà (rires), j’ai aussi fait partie d’une communauté qui s’appelait Vox. C’était un peu les débuts de l’influence au final. J’enseignais depuis 3/4ans et je commençais à prendre confiance en moi. J’avais l’habitude de faire des sites internet puisque j’ai financé mon master en montant une entreprise de webdesign. J’aime vraiment faire ça. Donc j’ai combiné un peu tout ça. Je pensais faire un blog dans mon petit coin comme les précédents. Et en fait non, ça a décollé assez vite. Au bout d’un mois, c’était déjà un peu connu. C’était chouette mais j’avais beaucoup de questions et souvent les mêmes, notamment sur la gestion de classe. Donc ça a aussi imprimé l’identité de mon blog. J’ai essayé de faire des articles de fond avec des conseils pour les jeunes enseignants. Moi-même j’étais pas très vieille dans le métier mais je partageais le fruit de mes réflexions, les ouvrages que j’avais lus. J’aimé ça mais à la naissance de ma fille j’ai beaucoup ralenti. Parce que ben… J’avais plus de temps libre (rires).

Les livres c’est pareil, ça s’est fait un peu tout seul. J’ai été contacté par plusieurs maisons d’édition. Je me sens pas toujours légitime mais je me force un peu je me dis: “allez sors de ta zone de confort”. Au final, j’ai l’impression que les gens aiment plutôt ce que j’écris donc je continue.


Mais à l’origine, qu’est-ce qui t’a poussé vers ce métier ?

Ça remonte à trop loin pour que je me souvienne…

C’était vraiment une vocation ?

En fait j’avais un peu une vie pourrie petite donc l’école c’était vraiment une bulle. Un endroit où j’étais bien, en tous cas dans mon rapport aux adultes. J’ai toujours beaucoup aimé l’école. Toute petite, je voulais être policière à moto puis en grandissant styliste ou orthophoniste mais j’avais pas forcément les moyens de faire ces études là. Donc je suis restée sur prof qui a toujours été quelque part dans ma tête. Mais la vocation, elle prend cher. Je l’ai encore mais elle se confronte à la réalité du métier et parfois j’ai envie de partir pour sauver ma peau. Pour l’instant je trouve encore l’équilibre même si je reste vigilante parce que le burn out n’est jamais loin. D’avoir eu un enfant ça remet aussi les priorités dans l’ordre.

Ça t’as donné du recul sur ta façon d’exercer ?

Disons qu’il faut que tu t’occupes de ton enfant. Puis si tu l’oublies, il se rappelle à toi (rires).

On en a déjà un peu parlé mais quel était ton rapport à l’école enfant ?

J’ai quelques souvenirs vagues de professeurs que j’aimais bien mais je me rappelle surtout que je me mettais énormément la pression. Enfin mes parents me mettaient énormément la pression, si j’avais un B ça se passait pas bien à la maison. Mais même au-delà de la menace qui planait si la maitresse me disait que je me trompais je me cachais dans mon cartable pour pleurer. Un rapport à l’échec un peu compliqué donc (rires). Heureusement j’étais plutôt bonne élève donc c’était pas trop souvent. J’adorais vraiment apprendre.

Est-ce que ce rapport que tu as eu à l’école, cette pression que tu as ressentie enfant influence aujourd’hui ta façon d’enseigner ?

Si c’est le cas c’est de manière vraiment inconsciente. Les profs que j’appréciais petite c’était ceux qui étaient bienveillants vraiment dans l’empathie. Mais ce n’est pas du tout la professeur que j’étais quand j’ai débuté. J’avis pris de plein fouet les injonctions d’autorité mais ça ne marche pas du tout. Non seulement ce ne me ressemblait pas mais en plus ça ne fonctionne pas.

Pourquoi penses-tu avoir aborder le métier de cette façon ? A cause de ta formation ? D’une image projetée ?

Ma formation oui et puis socialement. Le discours ambiant c’est “ah l’école c’était mieux avant, les profs ils étaient respectés”. Donc tu te dis ok je vais y aller franco pour me faire respecter. Mais c’est pas comme ça qu’on se fait respecter.

Est-ce que c’était aussi dicté par la peur ?

Non au contraire je pense que je n’avais pas assez peur. J’ai toujours bien réussi à l’école puis à la fac j’avais pas de raison de m’inquiéter mais la réalité m’a vite rattrapée. En formation on te dit, si vous les mettez au travail et en apprentissage, vous verrez ils seront passionnés et tout ira bien. Puis tu fais tes stages dans des classes de profs expérimentés qui gèrent leur classe donc tout va bien. Mais toi la première semaine tu te retrouves face à un élève qui te balance des insultes, c’est très déstabilisant. On fait vraiment pas assez de pratique accompagnée en début de carrière.

Alors tu as remis en question ta pratique et tu as changé de cap ?

Oui totalement, j’ai compris que ces enfants ce dont ils avaient besoin c’est d’un endroit où ils sont en sécurité physique et affective. Ce que j’avais reçu moi enfant à l’école aussi. Je suis allée complètement à l’inverse de recommandations qu’on a pu me faire de part et d’autres. Je me suis vraiment interrogée et j’ai fait beaucoup de recherches par moi-même.

Est-ce qu’il y a des moments “magiques” où tu te sens vraiment à ta place dans ce métier ?

C’est difficile parce qu’il y en a tout le temps. Quand tu as des élèves avec des grandes difficultés tu as énormément de petites victoires. Cette année ma petite fierté c’est que j’avais deux élèves qui lisaient 20 mots par minute. On avait fait tous les dossiers pour les ULIS (unité localisée pour l’inclusion scolaire ndrl). Et en fait trois mois après on a fait des tests pour les dossiers et finalement on s’est rendu compte qu’ils avaient le niveau pour aller en SEGPA. Ce sont des enfants qui ont de grosses difficultés depuis de nombreuses années et pourtant ils gardent la pêche, ils font le travail et c’est payant. Ils ont énormément progressé et je sais que c’est aussi grâce à toi.